Historiquement, le secteur de l'énergie en Afrique du Sud était dominé par une seule entreprise appartenant à l'État (Eskom), dont la capacité de production se composait seulement de centrales au charbon et d'une centrale nucléaire. Pour aider à briser le monopole et assurer l'essor de l'énergie renouvelable, le ministère sud-africain de l'Energie (DOE) a publié trois séries d'appels d'offres pour la fourniture de centrales d'énergie renouvelable.

L'ouverture de ce marché a créé beaucoup d'activités, alors que les investisseurs avait signé des baux fonciers et installés des équipements de mesure dans l'espoir de recueillir des données sur des sites, afin de sélectionner les endroits les plus rentables. Campbell Scientific Afrique était parfaitement prête pour cette nouvelle industrie, et prête à fournir des équipements, de réaliser l'installation, la maintenance et les services de téléchargement de données. 

Pour les 18 premiers mois, les projets de prospection en Afrique du Sud ont été axées sur l'énergie éolienne. Ces études de potentiel éolien n'ont pas donné toute satisfaction dans cette zone géographique. Ensuite il a été décidé de se tourner vers la prospection solaire. Au bout d'une année, nous avons constaté que l'Afrique du Sud avait un meilleur potentiel solaire qu'éolien.

Campbell Scientific Afrique était capable de prendre en charge une part importante des projets de potentiels solaires, en raison, en partie, de son accord de distribution avec Kipp & Zonen, ainsi que de son accord de coopération avec l'Université de Stellenbosch Centre d'études des énergies renouvelables et durables (COURS).

Deux des projets solaires de prospection de Campbell Scientific Afrique ont été au Botswana et au Lesotho. Le projet comprenait deux stations de potentiel solaire au Botswana pour une grande entreprise de service public d'électricité. Le projet du Lesotho incluait trois stations solaires pour les Services météorologiques du Lesotho (LMS) en vertu d'un appel d'offres de l'Office des Nations Unies pour le développement (PNUD PO).

Pour les deux projets, les cinq stations ont utilisées des Trackers de type SOLYS 2 avec des pyrhéliomètres, Les pyranomètres CMP11 (dont certains ont mesuré le rayonnement diffus), les Moniteurs de vent 05103, les capteurs de température et d'humidité relative HMP50, et la centrale de mesure et de contrôle CR1000. Ces stations ont été alimentés par des panneaux solaires de 250 W et des batteries de 100 Ah.  

Le projet du Lesotho a utilisé une configuration de communication innovante. Les trois stations du Lesotho ont été équipées de routeurs cellulaires 3G Raven, qui ont été programmés pour ouvrir automatiquement une connexion VPN à un fournisseur d'accès. Le fournisseur d'accès a fourni des URL fixes, qui sont configurés pour les ports série du LAN du routeur. Cela a permis des téléchargements TCP / IP de données en utilisant le logiciel LoggerNet de Campbell Scientific , ainsi que la connexion à distance au serveur Web sur le SOLYS 2 pour des actions de maintenance. En outre, en raison des URL fixes, l'application pour mobiles LoggerLink de Campbell Scientific pour iOS et Android a pu être utilisée pour se connecter aux stations. 

Sommaires des applications

Application

L'évaluation du potentiel photovoltaïque

Produits utilisés

CR1000  LOGGERNET  Loggerlink  CMP11  05103  HMP50-L 

Contributeurs

Johan Visagie (Campbell Scientific Africa)

Organisations participantes

University of Stellenbosch’s Centre for Renewable and Sustainable Energy Studies (CRSES), Lesotho Meteorological Services (LMS)

Paramètres mesurés

Le rayonnement solaire, la vitesse et direction du vent, la température et l'humidité relative

Consultant/Intégrateur participants

Campbell Scientific Africa (Pty) Ltd.