Les forêts contribuent plus que tout autre biome terrestre aux cycles et aux processus du carbone. On croit que plus de la moitié du carbone terrestre stocké par la Terre est stocké dans les troncs, les branches, les feuilles, les racines et les sols des écosystèmes forestiers. Compte tenu de leur importance en tant que puits de carbone, il y a une urgence croissante au sein de la communauté scientifique pour comprendre et quantifier la séquestration de carbone total dans divers habitats forestiers, et dans les forêts similaires, mais d'âge variable.

En 2001, un partenariat entre l'université, les organismes gouvernementaux canadiens et le secteur privé a permis d'installer une tour à flux de 20 m dans une forêt de pins Douglas de 13 ans d'age sur une propriété de l'Island Timberlands sur l'île de Vancouver, en Colombie-Britannique. L'installation fait partie d'une étude sur le long terme long-terme, étude de chrono-séquence et productivité sur le Douglas. Des scientifiques de l'Université de la Colombie-Britannique mesurent en permanence la séquestration du carbone à l'aide d'un système de mesure de flux turbulent (Eddy covariance ou Eddy corrélation) depuis 2001. En 2002, le site de recherche a rejoint le réseau Fluxnet Canada et a été inclus dans le programme canadien d'étude sur le carbone en 2007. Le réseau de recherche Fluxnet Canada est le programme de recherche des scientifiques universitaires et gouvernementaux canadien pour l'étude sur le carbone, ils ont étudié le cycle du carbone le long d'un transept est-ouest les écosystèmes forestiers canadiens.

Une centrale de mesure CR23X de Campbell Scientific a été installée pour les mesures climatiques en continue sur le site de recherche. Avec les progrès significatifs récents dans la technologie de mesure des flux, tels que les systèmes EC à champ fermé, qui sont particulièrement bien adaptés pour les environnements forestiers humides et tempérés, tels que l'ouest de la Colombie-Britannique, des projets complémentaires ont été lancés sur le site. En 2011, les chercheurs ont installé un système CPEC200 à champ fermé (Closed Path) de Campbell Scientific, y compris l'analyseur de gaz à champ fermé EC155 et un anémomètre sonique le CSAT3A. Le CPEC200 a été conçu pour être un système entièrement intégré, consommant peu d'énergie, qui est facile à installer, et assure de mesure bonne mesure sur le long terme, de plus il assure des fonctions automatisées pour le réglage du zéro et de son étalonnage de CO2.

L'équipement de Campbell Scientific contribuera à une comparaison des données recueillies par différents capteurs ainsi que les flux de CO2 recueillies à partir des mesures de prélèvement sur le sol, des troncs et des branches. La poursuite des mesures sur plusieurs années aidera les scientifiques à comprendre comment la séquestration du carbone et la consommation d'eau varie avec l'âge et la hauteur du peuplement forestier, ainsi que les perturbations anthropiques telles que l'application d'engrais.

Ces données contribueront à un ensemble de connaissances qui aideront les scientifiques à mieux comprendre les cycles de carbone temporelles et spatiales de ces habitats et de diffuser largement ces connaissances à travers le réseau de recherche Canadien Fluxnet.

Documents à télécharger